30 mai 2017

UNE MAISON POUR MIEUX VIVRE

Une maison pour mieux vivre

Du confort sans gaspiller l’énergie

Une maison pour mieux vivre

Une maison pour mieux vivre

Consommation d’énergie dans les résidences principales

Source : CEREN, Les chiffres clés du bâtiment, Édition 2002, ADEME.

Les ménages consomment 47 % de l’énergie produite en France, pour leurs besoins domestiques.

En modifiant son comportement ou ses choix d’investissements, chacun d’entre nous possède une vraie marge de manœuvre pour réduire sa consommation d’énergie , à confort égal.

L’énergie la moins chère, c’est celle que l’on ne dépense pas

Un poste gourmand : le chauffage et eau sanitaire :

Surveiller les radiateurs

  • 19 °C dans les pièces à vivre, 16 °C dans les chambres suffisent
  • Un degré de moins, c’est 7 % de consommation en moins.

Régler la température de l’eau chaude

  • 55 à 60 °C pour l’eau chaude sanitaire, c’est assez pour limiter le développement de bactéries pathogènes, mais pas trop, pour éviter l’entartrage du chauffe-eau.

Entretenir la chaudière

C’est nécessaire pour votre sécurité, pour la « santé » de votre chaudière

(une chaudière régulièrement entretenue : 8 à 12 % d’énergie consommée en moins).

Et c’est obligatoire tous les ans…

Améliorer les radiateurs existants

– Pour que vos radiateurs consomment moins d ’énergie sans les changer, équipez-les d’un robinet thermostatique qui va les maintenir à la température choisie, compte tenu du type d’occupation de la pièce (chambre ou séjour) et des apports gratuits de chaleur (exposition sud)

Empêcher la chaleur de s’échapper…

  • isolant le toit ou les murs de la maison (10 à 30 % d’énergie épargnée)
  • les planchers bas (5 à 10 %)
  • des fenêtres à double vitrage (un double vitrage à isolation renforcée – améliore votre confort et permet des économies de chauffage de l’ordre de 10 %)
  • Attention ! Une maison bien isolée doit être bien ventilée pour éviter les problèmes d ’humidité.

Acheter une chaudière performante

  • Votre chaudière a 20 ans ? Changez-la ! Vous économiserez au moins 15 % de votre consommation, et jusqu’à 30 ou 40 % en optant pour un modèle « basse température » ou « à condensation ».
  • En plus, votre installation polluera moins et produira moins de gaz à effet de serre

Réguler et programmer le chauffage

  • 10 % de moins avec un système de régulation
  • Moins encore avec une horloge de programmation

Du bon usage de l ’électricité :

Il n ’y a pas d’autre moyen, pour faire marcher un réfrigérateur, une télévision, un ordinateur ou une machine à laver, que de les brancher à la prise de courant la plus proche : ce sont les usages spécifiques de l’électricité.

le poste le plus gourmand est la production de froid (environ 1 000 kWh par an).

Puis vient l ’éclairage (environ 500 kWh par an),

  • le sèche-linge, la ventilation (VMC, environ 300 kWh par an).
  • Bien utiliser les appareils ménagers
  • Faire sécher le linge à l’air libre
  • Surveiller les veilles : 300 à 500 kWh par an
  • Acheter avec l’étiquette énergie
  • Éclairer efficacement : Les ampoules « basse consommation » consomment 5 fois moins et durent 8 fois plus que les ampoules à incandescence.

Elles vous permettent de diviser par 4 vos dépenses d’éclairage. Utilisez-les pour des éclairages de longue durée

Se chauffer avec les énergies renouvelables

LE BOIS

C’est une source d’énergie renouvelable (à condition d’entretenir et de régénérer les forêts dont il provient).

Agrément d’un feu dans la cheminée ou efficacité d’une chaudière moderne, le bois vous offre de plus une vaste palette de moyens de chauffage.

Brûler le bon bois

Les bois humides ou de récupération polluent d’avantage en brûlant et encrassent plus le matériel que le bois de chauffage bien sec. La marque « NF Bois de chauffage » garantit un bon niveau de performance du combustible

Remplacer la cheminée par un insert, un foyer fermé ou un poêle

Pour une même qualité de chauffage, ils consomment moins de bois

Choisir la bonne chaudière à bois

Les constructeurs ayant signé la charte de qualité « Flamme Verte » s’engagent à commercialiser des matériels de qualité :performants, économes, sûrs et peu polluants

LE SOLAIRE THERMIQUE , POUR LE CHAUFFAGE ET L’EAU CHAUDE

Choisir l’énergie solaire pour participer au chauffage de l’eau et de la maison, c’est miser sur une énergie renouvelable, non polluante, gratuite, facilement disponible et aisément transformable.

Chauffer l’eau sanitaire

Un chauffe-eau solaire performant et bien installé peut couvrir 50 à 70 % des besoins de la maison. L’ADEME et certaines collectivités locales accordent des primes pour l’installation d’un CESI (si le modèle est agréé par l’ADEME et s ’il est posé par un installateur Qualisol).

Chauffer la maison

Un système solaire combiné couvre entre 25 et 60 % des besoins annuels d’eau chaude et de chauffage, selon la région et la taille de l’installation.

FonctionnE souvent avec un plancher chauffant basse température, il procure un excellent confort. Des aides financières spécifiques réduisent fortement son surcoût par rapport à un chauffage classique

2 / Savoir économiser l’eau

Nous consommons en moyenne chaque jour 200 litres d’eau potable. Nous l’utilisons pour la boisson et la cuisine, bien sûr, mais aussi pour la toilette et les toilettes, la lessive et la vaisselle, l’arrosage du jardin, le lavage de la voiture.

Parmi ces usages, tous, loin de là, ne nécessitent pas de l’eau potable. Et il y a les fuites, les gaspillages…

Quelques chiffres :

  1. un européen consomme entre 150L et 200L
  2. 10 gouttes d’eau en une minute, c’est 5L à la fin de la journée
  3. Une chasse d’eau qui fuie, c’est 30 à 250 m3

Consommation d’eau des ménages : part de chaque usage

Source : La maison des négawatts, T.Salomon et S.Bedel, éd.Terre Vivante
Les économies d’eau : les petites gouttes font les grandes rivières

  • En traquant les gaspillages, les fuites, on fait des économies d’eau importantes.
  • Surveiller les fuites : noter le relevé du compteur le soir, et le reprendre le matin
  • Au jardin : arroser le soir
  • Économiser l’eau dans les toilettes : Une chasse d’eau à double débit consomme au choix 3 ou 6 l d’eau (chasse d’eau classique : 9 l). Elle permet une économie annuelle de 30 à 40 m3 pour une famille de 4 personnes.
  • Choisir des appareils ménagers sobres : Laissez-vous guider, lors d’un achat, par l’étiquette énergie, qui indique la consommation d’eau des appareils, ou l’écolabel européen, attribué à des appareils sobres.
  • Et l’eau chaude ? : Un robinet mitigeur économise 10 % d’eau par rapport à un robinet mélangeur classique. Un robinet thermostatique est encore plus efficace : jusqu’à 30 % d’économie

L’eau de pluie, une ressource qui tombe du ciel

200 litres d’eau, c’est ce qu’il faut pour laver la voiture. Pour arroser le jardin, comptez 15 à 20 litres par mètre carré. Quel dommage d’utiliser l’eau potable pour ces usages, alors qu’il existe une ressource gratuite, abondante et facilement récupérable : la pluie !

  • Installer une citerne : Il en existe de toutes contenances, de la petite cuve de 200 l au réservoir enterré de 5 000 l ou plus. Équipée d’une pompe, une citerne peut alimenter un réseau d’arrosage automatique.

3 / Bien gérer ses déchets

Chaque année, chaque Français jette environ 400 kg de déchets.

Déchets des ménages : composition de la poubelle

Source : MODECOM 1993
Comment faire moins de déchets ?

  • La prévention : De plus en plus d’industriels et de distributeurs proposent aujourd’hui des écoproduits (qui par exemple durent plus longtemps, sont recyclables, dont les emballages ont été réduits).

Le rôle du consommateur au quotidien est fondamental :

  • par ses choix de consommation,
  • par une utilisation adaptée de produits,
  • par son implication lors du tri des déchets.

En privilégiant les « écorecharges » , en choisissant des produits recyclables ou fabriqués à partir de matériaux recyclés, en préférant les produits portant un écolabel officiel

• Le tri et le recyclage :

Les déchets contiennent des matériaux réutilisables. En les récupérant grâce au tri et en les traitant, ils sont prêts à vivre une deuxième vie.

  • trions nos déchets (journaux et cartons, verre , plastique…)
  • Pour les encombrants, téléphoner à la mairie afin de connaître le jour du ramassage.

• Le compostage :

Il existe 2 solutions :

  • Faire un tas de compost
  • Acheter un composteur. Fiez-vous en particulier à ceux qui portent l’écolabel officiel « NF Environnement ».

4 / Comment supprimer les polluants, humidité et le bruit ?

Leurs sources ? Elles sont multiples :

  • nos activités, les matériaux de construction,
  • les produits d’entretien et de décoration,
  • le mobilier,
  • les appareils de chauffage,
  • nos animaux familiers,
  • l’environnement extérieur…

Les conséquences de leur présence ? Elles peuvent être graves et sont toujours gênantes :

  • dégradation du bâti,
  • inconfort,
  • pathologies diverses,
  • intoxications…

Ces nuisances touchent plus gravement les personnes fragiles (petits enfants, personnes âgées, malades) qui passent la quasi-totalité de leur temps à la maison.

Comment améliorer l’air intérieur ?

  • Renouveler l’air de la maison permet d’apporter l’oxygène nécessaire tout en éliminant polluants et particules (10 minutes par jour suffisent)
  • jamais boucher les grilles hautes et basses d’aération.
  • Aérez soigneusement pendant et après des travaux
  • Installez une ventilation mécanique assistée (VMC)

Comment combattre l’humidité ?

  • Bien ventiler sa maison
  • Faire sécher son linge à l’extérieur ou dans un local bien ventilé
  • Une bonne isolation évite le refroidissement des murs et diminue donc la condensation intérieure

Attention !

Si vos problèmes d’humidité sont liés à des infiltrations d’eau de pluie ou à des remontées capillaires dans les murs, une ventilation, même performante, n’y changera pas grand-chose.

Que faire ?

  • Contrôler régulièrement toit et murs Il faut surveiller l’apparition de défauts d’étanchéité
  • Drainer le sol près de la maison Cela évite que l’eau ne stagne le long des murs et ne les imprègne à la longue.

5 / Les réflexes essentiels lorsqu’on entreprend la construction de sa maison

Les choix que l’on peut faire dans un projet de construction (lieu, exposition, matériaux…) vont jouer sur ses futurs impacts environnementaux, sa qualité d’usage et son coût de fonctionnement (dépenses de chauffage…).

Voici quelques conseils pour y arriver :

Le choix du terrain et l’emplacement de la maison : pas d’improvisation ! Attention en particulier :

  • Au bruit (proximité d’une grande route, d’un aéroport, d’une voie ferrée, d’une activité bruyante…)
  • Aux pollutions chimiques actuelles (présence d’usines ou de certaines productions agricoles) ou passées (anciennes activités industrielles, sols pollués, décharge comblée…)
  • aux pollutions électriques et électromagnétiques (ligne à haute tension, transformateur EDF…)
  • aux risques naturels (zone inondable en plaine, avalanches en montagne…)
  • à la présence de radon (gaz radioactif présent dans certaines régions au sous-sol granitique ou volcanique, ce gaz radioactif peut s’accumuler dans les maisons. Pour lutter contre ce phénomène, il faut aérer et ventiler les maisons (surtout les sous-sols et vides sanitaires), et améliorer l’étanchéité des planchers et des murs.

En concevant sa maison : réduire les impacts en amont :

La réglementation thermique

Depuis le 1er janvier 2001, la RT 2000 définit de nouvelles exigences thermiques de référence. Son but est de réduire de 20 % au moins les consommations d’énergie de chauffage des logements neufs. Elle comporte aussi des règles pour optimiser leur confort d’été

Réduire le coût du chauffage (maison et eau sanitaire)

  • en valorisant les apports gratuits du soleil (1)
  • en réduisant les pertes de chaleur (2)
  • en utilisant une (ou des) énergie(s) renouvelable(s) et / ou bon marché pour se chauffer et chauffer l’eau sanitaire (3)

Éviter les surchauffes l’été

  • en limitant la pénétration du soleil d’été (4)
  • en ventilant la maison la nuit (5)

Économiser l’eau

  • en prévoyant un système de récupération de l’eau de pluie, (6)
  • en envisageant un double réseau d’alimentation en eau (eau potable pour cuisine et salle de bains, eau de pluie pour toilettes, lave-linge et extérieur (7)

Permettre et valoriser la gestion des déchets

  • en facilitant leur tri et leur stockage (8)
  • en utilisant des matériaux de construction qui peuvent être réutilisés ou recyclés, ou qui proviennent de matériaux recyclés (9)

Avoir une maison saine

  • en choisissant des matériaux de construction et de décoration qui respectent votre santé (10)
  • en privilégiant les matériaux de construction qui respirent et régulent naturellement l’humidité (11)
  • en faisant installer un système de ventilation performant et silencieux (12)